La COP14 s'ouvre par une cérémonie hybride à Wuhan et à Genève

La COP14 s'ouvre par une cérémonie hybride à Wuhan et à Genève

5 novembre 2022

Aujourd'hui, la 14e Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (COP14) s'est ouverte par une cérémonie au format hybride entre Wuhan, en Chine, et Genève, en Suisse.

Officiellement accueillie par le gouvernement chinois, la Conférence réunit les représentants des 172 gouvernements des parties contractantes à la Convention, ainsi que de la société civile, du milieu des affaires, du monde universitaire et de la jeunesse, afin de convenir de mesures visant à protéger les écosystèmes les plus menacés au monde : les zones humides. Du 5 au 13 novembre, la COP verra les parties contractantes négocier et adopter des résolutions pour accroître l'efficacité de son travail de conservation, de gestion et de restauration des zones humides.

Avec pour thème « Agir pour les zones humides, c’est agir pour l’humanité et la nature », la COP14 tient à mettre l’accent sur l’importance des écosystèmes des zones humides en tant que solutions naturelles pour la santé des êtres humains et de la planète, la valeur annuelle des services écosystémiques offerts par les zones humides étant estimée à 47 000 milliards d’USD.

Coïncidant en partie avec la COP 27 de la CCNUCC qui débutera à Charm-El-Cheikh le 6 novembre, la COP14 examinera des résolutions visant à renforcer la conservation, la gestion et la restauration des zones humides dans le cadre des Contributions déterminées au niveau national (CND) et des plans d’action climatiques à long terme des différents pays. Figurant parmi les puits de carbone les plus efficaces de la planète, les zones humides telles que les tourbières constituent des solutions d’atténuation essentielles pour atteindre l’objectif de 1,5°C fixé par l’Accord de Paris. Restaurer des zones humides est également crucial pour réduire les risques d’inondation et de sécheresse et protéger 60% des communautés mondiales habitant en zone littorale contre les phénomènes météorologiques extrêmes et l’érosion causés par le changement climatique.

Mme Musonda Mumba, Secrétaire générale de la Convention sur les zones humides a déclaré : « Les données scientifiques sont sans équivoque : tout scénario tablant sur la réalisation des objectifs climatiques mondiaux implique une protection et une restauration drastiques des zones humides –l’écosystème qui connaît le rythme de disparition le plus rapide de la planète. Prenons l’exemple des tourbières, le réservoir de carbone terrestre le plus efficace de la planète : pour atteindre le niveau d’atténuation nécessaire pour que l’objectif de l’Accord de Paris soit réalisable, 25 millions d’hectares de tourbières perdues devront être restaurées avant 2030 ».

D’autres résolutions à l’étude portent sur l’intégration de la conservation et de la restauration des zones humides dans les stratégies nationales de développement durable. Sachant que l’insécurité hydrique devrait toucher 52% de la population mondiale d’ici à 2050, les services offerts par les zones humides en matière d’alimentation en eau, de régulation du climat et de bien-être joueront un rôle central dans la réalisation par les Parties des Objectifs de développement durable avant 2030.

Organisée quelques semaines avant la 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15), la COP14 de la Convention sur les zones humides abordera la question du renforcement des priorités scientifiques, notamment des données sur la conservation au service de la conservation de la biodiversité. Forte du plus grand réseau d’aires protégées au monde et du rôle de la Convention en tant que co-dépositaire, avec le PNUE, de l’indicateur sur les écosystèmes d’eau douce, la COP14 fournira des données essentielles pour la prochaine COP15.

M. Bao Daming, Directeur général adjoint du Département en charge de la gestion des zones humides de l’Administration nationale des forêts et des prairies, a déclaré : « Les zones humides fournissent des services essentiels au maintien de la vie sur Terre, de l’eau à la nourriture en passant par des médicaments vitaux et la protection du littoral. Avec 56,53 millions d’hectares de zones humides, 64 zones humides d’importance internationale et 13 villes labellisées « Ville des zones humides », la Chine suit un modèle de croissance durable qui respecte le rôle de premier plan joué par les zones humides et d’autres écosystèmes pour les êtres humains et la nature. Avec 4% des zones humides du monde, la Chine remplit son engagement et ses obligations internationales envers la Convention sur les zones humides, apportant une contribution importante à la conservation, à la restauration et à l’utilisation rationnelle des zones humides au niveau mondial. À l’occasion de la 14e session de la Conférence des Parties contractantes à la Convention de Ramsar sur les zones humides, la Chine souhaite partager son expérience et s’engager à collaborer avec les Parties contractantes et les partenaires en faveur d’un monde merveilleux pour l’humanité et la nature. »

Lors de la cérémonie d'ouverture, des déclarations ont été faites par le gouvernement chinois, le PNUE, des organisations internationales et la Convention sur les zones humides. Le 6 novembre, les parties se réuniront pour une session ministérielle de haut niveau afin d'entendre les interventions de 24 ministres et ambassadeurs sur les actions à mener en faveur des zones humides pour l'humanité et la nature.