L’Inde inscrit deux nouvelles zones humides d’importance internationale

L’Inde inscrit deux nouvelles zones humides d’importance internationale

11 novembre 2020
Inde

sur_sarovar.jpg

Sur Sarovar

L’Inde vient d’inscrire ses 40e et 41e sites Ramsar. Sur Sarovar (Site n° 2440 sur la liste des zones humides d’importance internationale), communément appelé lac Keetham, est un réservoir artificiel situé dans l’État de l’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde.

Créé à l’origine pour fournir de l’eau à la ville d’Agra en été, la zone humide est rapidement devenue un écosystème important et riche. Une mosaïque de différents types d’habitats offre un refuge aux oiseaux sédentaires et migrateurs, et à plus de 60 espèces de poissons. Les espèces menacées présentes comprennent notamment l’aigle criard (Clanga clanga), la grue antigone (Grus antigone) et le wallago (Wallago attu) vulnérables au plan international.

Le site est important pour les oiseaux qui empruntent la voie de migration d’Asie centrale, avec plus de 30 000 oiseaux d’eau dénombrés chaque année sur le réservoir. Il accueille plus de 1 % de la population régionale d’Asie du Sud de l’oie cendrée (Anser anser).

Le lac Lonar (Site n° 2441), situé sur le plateau du Deccan dans l’État du Maharashtra, est un bassin endoréique ou fermé, de forme presque circulaire, né de l’impact d’une météorite sur le socle basaltique. Le site comprend le lac ainsi que les escarpements qui forment les parois du cratère et des zones boisées.

La salinité et l’alcalinité du lac sont très fortes, car l’absence d’exutoire entraîne la concentration des minéraux à mesure que l’eau du lac s’évapore. Des micro-organismes spécialisés tels que des bactéries anaérobies, des cyanobactéries et du phytoplancton survivent dans cet environnement hostile d’un point de vue chimique.

En dehors du lac, la diversité des plantes et des animaux est considérable, car les sources qui contribuent à alimenter le lac apportent de l’eau douce. Le site accueille 160 espèces d’oiseaux, dont la cigogne épiscopale (Ciconia episcopus) vulnérable et le fuligule milouin (Aythya ferina), 46 espèces de reptiles et 12 espèces de mammifères, dont l’emblématique loup gris (Canus lupus).

Ces deux sites sont menacés par les eaux usées domestiques et urbaines et par le tourisme non durable.