L’Inde inscrit deux zones humides qui sont des points chauds de la biodiversité

L’Inde inscrit deux zones humides qui sont des points chauds de la biodiversité

16 octobre 2020
Inde

kabartal_wetland.jpg

Kabartal Wetland

L’Inde vient d’inscrire deux nouvelles zones humides d’importance internationale, ce qui porte son total de « Sites Ramsar » à 39. Les sites sont particulièrement importants pour la diversité des oiseaux des États où ils se trouvent et chacun accueille des centaines d’espèces d’oiseaux dont plusieurs sont en danger critique.

La zone humide de Kabartal (no 2436 sur la Liste des zones humides d’importance internationale), également connue sous le nom de Kanwar Jheel, s’étend sur 2620 hectares dans les plaines indo-gangétiques du nord de l’État du Bihar. C’est l’une des 18 zones humides d’un vaste complexe de plaines d’inondation et, pendant la mousson, elle est inondée et atteint un 1,5 mètre de profondeur. Cette absorption des eaux de crue rend un service vital à l’État du Bihar où 70 % des terres sont sensibles aux inondations. En saison sèche, les zones de marais s’assèchent et servent à l’agriculture.

Le site possède une biodiversité importante avec 165 espèces de plantes et 394 espèces animales enregistrées, notamment 221 espèces d’oiseaux. La zone humide est une étape importante le long de la voie de migration d’Asie centrale : 58 espèces d’oiseaux d’eau migrateurs s’y arrêtent pour se reposer et reprendre des forces. C’est aussi un site précieux pour la biodiversité ichthyologique avec plus de 50 espèces décrites. Cinq espèces en danger critique fréquentent le site, dont trois vautours – le vautour royal (Sarcogyps calvus), le vautour chaugun (Gyps bengalensis) et le vautour indien (Gyps indicus) – et deux espèces d’oiseaux d’eau, le vanneau sociable (Vanellus gregarius) et le fuligule de Baer (Aythya baeri).

Les principales menaces pour le site sont les activités de gestion de l’eau telles que le drainage, l’exploitation de l’eau, la construction de barrages et la canalisation.

asan_conservation_reserve.jpg

Aythya ferina, Asan Conservation Reserve

La Réserve de conservation de l’Asan (Site no 2437) est un secteur de 444 hectares de la rivière Asan qui se jette dans la Yamuna, dans le district de Dehradun en Uttarakhand. En 1967, un barrage a été construit sur la rivière Asan et la sédimentation formée au‑dessus du mur du barrage a créé des habitats propices aux oiseaux.

On peut y observer 330 espèces d’oiseaux dont le vautour royal (Sarcogyps calvus), le vautour chaugun (Gyps bengalensis) et le fuligule de Baer (Aythya baeri), en danger critique. On a recensé plus de 1 % des populations biogéographiques de deux espèces d’oiseaux d’eau, la nette rousse (Netta rufina) et le tadorne casarca (Tadorna ferruginea). Outre les oiseaux, le site abrite 49 espèces de poissons, dont une est en danger, Tor putitora. Les poissons utilisent le site pendant la migration, comme frayère et pour se nourrir.

Outre cet appui à la biodiversité et la production hydroélectrique du barrage, le rôle du site dans le maintien des régimes hydrologiques est important.